La pharmacie de Villeneuve d’Ascq vend des médicaments sur internet.

Son initiative n’a pas manqué d’attirer, l’attention des médias, mais aussi un certain nombre de protestations, émanant de confrères et appuyées même par l’association de l’ordre des pharmaciens, Cyril Tétart, pharmacien de Villeneuve d’Ascq a lancé une extension en ligne de son officine du nord de la France, sur laquelle les consommateurs peuvent faire l’achat en ligne de médicaments et de produits de parapharmacie.

Après que le législateur lui ai finalement donné gain de cause en autorisant sous conditions la e-pharmacie, Cyril Tétart a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions relatives aux officines en ligne et au rôle qu’elles peuvent jouer dans la protection du consommateur de médicaments en ligne.

Interview sur une des premières pharmacies en ligne

Monsieur Tétart bonjour, le lancement de votre pharmacie en ligne a créé un buzz monumental dans les médias aussi bien sur internet qu’en dehors, vous attendiez-vous à autant de bruit ?

Effectivement, les journalistes se sont beaucoup intéressés à notre initiative, qui a aussi fait réagir les professionnels (syndicats de pharmaciens, professionnels de santé, avocats spécialisés…). Nous ne pensions pas que cela prendrait de telles proportions ! Mais cela prouve qu’il y avait là un vrai débat à engager !

Avant le lancement de votre pharmacie et parapharmacie en ligne LaSante.net, la situation juridique quant à la vente de médicaments sur internet n’était pas tout à fait claire, qu’est-ce qui vous a définitivement convaincu de lancer votre e-pharmacie ?

Plusieurs choses. Tout d’abord, nous avons réalisé que la France était l’un des derniers pays d’Europe à ne pas avoir autorisé la vente de médicaments sur internet. Du fait des règles européennes, cette évolution était inéluctable.

D’autre part, il était évident que cette nouvelle activité répondait à un réel besoin des français : en 2011, 7 millions de Français reconnaissaient avoir déjà acheté un médicament en ligne, donc forcément à l’étranger. Or, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la moitié des médicaments vendus en ligne dans le monde seraient contrefaits. Il s’agissait donc aussi de permettre aux français d’acheter en toute sécurité sur le site d’une officine française, qui garantit l’origine de ses médicaments.

Outre la facilité d’achat offerte par le canal internet, l’achat de produits de pharmacie ou de parapharmacie sur internet permettra-t-il réellement aux consommateurs de payer ces produits moins cher ? … et si oui, comment ces tarifs avantageux seront-ils possibles ?

En mars 2012, l’UFC Que choisir a réalisé une étude sur l’automédication, qui a notamment montré que le prix d’un même médicament varie du simple au quadruple, d’une officine à une autre, en France. En effet, les prix des médicaments non soumis à prescription médicale sont librement fixés par les officines, qui réalisent parfois des marges confortables, voire abusives. En pratiquant des marges normales, nous pouvons donc proposer des médicaments moins cher.

Les médias évoquent beaucoup votre officine sur internet mais parlent aussi d’un autre pharmacien de Caen qui a pris la même décision que vous en se lançant à la conquête du web… est-ce que vous vous connaissez ? Vous étiez vous concertés ? Lequel d’entre vous fit le premier pas ?

Nous avons lancé nos sites à quelques jours d’intervalle, sans nous être concertés au préalable ! Bien que concurrents, nous sommes tous deux des pionniers défricheurs, il était donc intéressant de mettre en commun notre travail sur certains sujets. C’est moi qui ai pris contact avec Philippe Lailler, et nous échangeons régulièrement par téléphone depuis le lancement de nos sites.

Si la pharmacie en ligne fait débat, c’est aussi pour des raisons de protection du consommateur face aux éventuels dangers liés à l’automédication… Votre initiative a-t-elle poussé le législateur à réglementer la vente de médicaments en ligne et finalement à faire un pas concret vers la protection du consommateur ?

Comme je vous le disais, la vente en ligne de médicaments est actuellement un problème de santé public : de fausses pharmacies pullulent sur la toile, et proposent des médicaments contrefaits. D’autre part, l’automédication elle-même est montrée du doigt. Il est vrai que les médicaments, même sans ordonnance, restent des médicaments qui peuvent être dangereux s’ils ne sont pas utilisés à bon escient.

A mon sens, les évolutions de la loi française, en autorisant la vente en ligne de médicaments dans certaines conditions, vont logiquement faire baisser la proportion de faux médicaments proposés sur internet, dans la mesure où de nombreuses « vraies » pharmacies en lignes vont ouvrir, rattachées à de réelles officines.

Concernant les risques de l’automédication, les études réalisées dans d’autres pays européens depuis l’autorisation de la vente de médicaments sur internet n’ont pas montré d’augmentation significative de la consommation de médicaments sans ordonnance. Les Français, s’ils restent les premiers consommateurs de médicaments en Europe, sont bien conscients qu’il ne faut pas faire n’importe quoi, surtout lorsqu’il s’agit de leur santé !

D’après la présidente de l’association de l’ordre des pharmaciens, la problématique principale de l’achat d’un médicament sur le web, est le manque d’interactivité et le manque de conseils du pharmacien… Comment répondez-vous à cela et que proposez-vous comme alternative ?

Avec LaSante.net, j’ai vraiment voulu transposer en ligne la qualité de conseil et de contrôle que je pratique au comptoir de mon officine. Outre les conseils dispensés sur le site sur les pathologies ou les types de médicaments, notre système de filtre permet à chacun d’identifier le médicament le plus approprié, en toute sécurité. On peut par exemple n’afficher que les médicaments qui conviennent aux femmes enceintes, ou qui se présentent sous forme de sachets à diluer…

D’autre part, nous pratiquons une série de contrôles automatiques dès l’ajout au panier d’un médicament, pour éviter à n’importe qui de commander n’importe quoi. Tout d’abord, la lecture de la notice du médicament est obligatoire. Ensuite, nous interdisons la commande d’une quantité nocive de médicaments.

Pour chaque spécialité, nous avons donc déterminé le nombre de boîtes maximum qu’il était possible de délivrer sans danger, en fonction des substances actives contenues. Enfin, grâce à une connexion en temps réel avec le Vidal, dictionnaire médical bien connu des médecins et des pharmaciens, nous contrôlons automatiquement les interactions médicamenteuses pour éviter au patient de commander des médicaments incompatibles entre eux, ou incompatibles avec le traitement qu’il prendrait par ailleurs… même si ce traitement n’est pas vendu sur notre site !

Enfin, à tout moment, l’internaute peut poser une question en ligne, ou demander à être rappelé.

Avant dernière question… la réaction négative de nombreux pharmaciens est-elle selon vous due à une inquiétude sincère quant à la protection du consommateur, ou est-elle une inquiétude purement commerciale quant à une nouvelle concurrence du canal internet ?

Certains pharmaciens sont réellement inquiets pour la santé des consommateurs. Mais, pour la plupart, je pense qu’il s’agit surtout de pharmaciens qui n’ont pas mesuré ce que les progrès technologiques récents permettent d’accomplir en ligne.

D’autres s’inquiètent plutôt pour leur chiffre d’affaires. Il faut savoir que les pharmaciens d’officine connaissent de plus en plus de difficultés financières. Pour autant, les médicaments que nos vendons en ligne ne représentent, en moyenne, que 2% du revenu net d’une officine française. Et la majorité des patients pratiquent l’automédication d’urgence, et continueront à se rendre au comptoir plutôt que de commander. A ces pharmaciens inquiets, nous répondons qu’il leur suffit d’ouvrir leur propre site ! D’après nos sources, près de 2000 sites d’officines françaises seraient actuellement en gestation (sur 22 000 officines). Il y a donc un vrai intérêt pour l’ensemble de la profession.
Et évidemment, nous avons tout intérêt à ce que le consommateur français achètent ses médicaments sur des sites français plutôt que sur des sites étrangers, comme il le fait actuellement.

Pour finir et pour en revenir à la réglementation, comment celle-ci peut-elle être améliorée selon vous ? Et quelles devraient être les priorités du législateur dans un avenir proche ?

Comme le prévoit la directive européenne qui traite du sujet, il est urgent de mettre en place un logo européen sécurisé, commun à toutes les pharmacies en ligne, pour permettre au consommateur de distinguer facilement les sites contrefaits des sites sérieux. De même, en France, la liste des pharmacies en ligne autorisées par le Ministère de la Santé doit être publiée sur son site internet, ainsi que sur celui de l’Agence Nationale de la Sécurité du Médicament et des produits de santé.
Je pense qu’il faut encore travailler au niveau européen pour harmoniser les règles et faciliter la répression des fraudes. Comment se fait-il qu’une e-pharmacie belge puisse faire de la publicité en France, alors que cela nous est interdit ? Ou qu’un site puisse expédier des quantités dangereuses de médicaments sans contrôle et sans sanction ? Il reste à mener un gros travail de coordination entre les Agences de Santé, le Conseil de l’Ordre des pharmaciens, et leurs homologues européens.

Monsieur Tétart, nous vous remercions d’avoir répondu à ces quelques questions et d’avoir éclairé un peu plus nos lanternes quant au sujet d’actualité sulfureux qu’est celui de la pharmacie en ligne actuellement.

Autre avantage des pharmacies en ligne, c’est quelles vendent également des produits de parapharmacies. En effet, ces produits peuvent être vendus sans prescription médicale et par rapport à la petite pharmacie du coin, un écart de prix conséquent suivant les produits à été constatés. Par exemple pour les crèmes et produits de soins et d’hygiènes, pour les marques comme Avène, La Roche-Posay ou encore L’Oréal nous avons constaté des écarts pouvant aller jusqu’à 20% de plus. En période de crise cela n’est pas négligeable surtout que ses produits sont livrés à votre domicile.

Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez toujours faire des rétroliens et des pingbacks.